Vie économique à Paris Belleville

Le quartier de Belleville à Paris possède une histoire riche au niveau de l’économie. La voici à son commencement jusqu’à aujourd’hui.

Histoire

Les industries alimentaires ont marqué la zone du 20ème arrondissement. Parmi elles, on retrouve les dragées Martial, le chocolat Cémoi ou encore les célèbres bonbons Foullon à Charonne. Il existait également des sociétés de renom qui avaient une notoriété solide. Voici quelques exemples : l’usine métallurgique renommée Schmidt, la manufacture spécialisée dans l’inox Létang-Rémy, la fonderie Marlhiou ou encore les établissements G. Renault ainsi que Bon Dufour, concepteur de jouets dont les ateliers étaient présents au 80, rue des Vignoles. Certaines entreprises sont encore là aujourd’hui.

Le quartier Saint Fargeau, moins industrialisé que ce qu’il reste du 20ème arrondissement, reçoit en 1931 le siège de la Compagnie des machines Bull. Ce dernier sera le tout premier employeur de l’arrondissement. Le transfert du siège se fera dans les années 80. Dès les années 1950, l’activité industrielle baisse grandement dans la capitale. Dans le vingtième arrondissement, l’effacement des industries n’est que, de façon partielle, supplanté par les activités de services, de plus en plus populaires, alors que les sièges sociaux migrent plus à l’Ouest. Le 20ème arrondissement gardera par conséquent un tissu industriel majoritairement fait de petites sociétés , TPE et artisans dans le marché du bâtiment (vous pouvez le constater à Belleville encore aujourd’hui). En 2007, tout ce beau petit monde représente par conséquent 19,9% de l’activité économique dans l’arrondissement (ce qui correspond exactement à 2 119 sociétés).

Nouvelle impulsion à l'aube du 21ème siècle

Le foncier se révèle être nettement plus avantageux dans le quartier de Belleville qu’autre part dans Paris. Ainsi, cela permet d’optimiser l’arrivée de nouvelles sociétés. Le phénomène sera soutenu par la création de deux pépinières d’entreprises et d’une multitude d’hôtels d’activités et pôles d’entreprises. Multimédias, services à la personnes, développement durable : le déploiement de ces nouvelles sociétés et de leur activité s’effectue autant au niveau local que mondial.

De nos jours, le vingtième arrondissement possède le plus fort pourcentage de petites entreprises de Paris, concevant un réseau d’entreprises de proximité dont les concepteurs proviennent d’une population riche via sa grande diversité. Le déploiement de nouveaux territoires de création se fait également. En 2007, la population des entrepreneurs est plus jeune dans le vingtième arrondissement (et par conséquent dans Belleville) en comparaison à la moyenne de la capitale : près de 53,8% des dirigeants d’entreprises ont moins de 48 ans face à 41,2% pour la capitale française.

L’économie actuelle

À la fin de l’année 2007, on dénombrait plus de 14 642 sociétés dans l’arrondissement, leur dynamisme ainsi que leur richesse engendrant activités et emplois, en grande majorité dans les milieux du commerce de détails et de gros (près de 24,3% des entreprises comptées dans le vingtième), le BTP (environ 19,9%), sans oublier les services aux entreprises (environ 17,9%).

Mêlant l’aspect traditionnel mais également l’innovation, le vingtième intègre un positionnement stratégique : l’aménagement de la Porte des Lilas, de la Porte de Montreuil ainsi que les autres Grands projets de renouvellements urbains font que la zone est un des arrondissements phares du dynamisme parisien lié à l’économie.